PROGRAMMATION

Samedi 28

Bandit

Bandit

Mlle K

Baron.E

CAVALE

Bandit Bandit: 

C’est le nouveau groupe qui vient vous prendre en otage pour une virée dans les contrées d’un rock noir et sauvage. Tous les deux issus du milieu rock, mais d’horizons différents, ces deux voyous se sont cherchés et trouvés un peu à la manière de Bonnie & Clyde, avec un penchant certain pour le vice et le rock avec un grand R. Ce duo, ce duel, mi-aimants, mi-amants, se complète de manière limpide. Nourris par leurs ainés, Bandit Bandit c’est du rock actuel teinté de sonorités psychés, acidulé de riffs bien sentis et de mélodie lancinantes. Les guitares bourrées d’effets sont autant évasives que brutales et les rythmes ainsi que les percussions ont un penchant certain pour un psychédélisme à la frontière du tribal. La polyvalence de leurs textes, autant en français qu’en anglais et donc autant dans l’énergie que dans la poésie, permet au groupe d’alterner entre ferveur et tendresse avec leurs deux voix qui s’accordent toujours en harmonie dans une certaine forme de
noirceur et de sensualité. Leur single « Maux » en est la parfaite démonstration et reflète bien l’ADN du groupe. À l’oreille, vous y retrouverez très certainement du Black Rebel Motorcycle Club, du Black Angels, du Grand Blanc autant que Serge Gainsbourg, à ceci près que Bandit Bandit arrive à créer son propre univers en maniant la langue française là où d’autres sont peu à le faire de cette manière.

MademoiSelle K: 

"L’album Ça me Vexe sort en vinyle pour la 1ère fois! Et pour fêter ça, je fais une tournée un peu spécial, en mode retour vers le futur, avec mes 3 gars sûrs d'origine: Peter, Pilou et David. Une tournée où on jouera l'album Ça me Vexe dans son intégralité. Ça va être court et fulgurant comme on aime, et les places sont limitées alours faudra pas traîner pour prendre tes places.
« Jalouse », « Ça sent l’été », « Le cul entre 2 chaises », « Ça me vexe », «Fringue par fringue», « Plus le coeur à ça » je te laisse réviser le répertoire."Mlle K

Baron.e: 

Créé au début de l’année 2019, Baron.e (Baron Barone en écriture inclusive) est un duo musical composé de Faustine Pochon et Arnaud Rolle.
Bercé.e.s tout d’abord par le rock sous toutes ses formes puis par la musique francophone actuelle, ces deux ami.e.s de 22 ans ont très vite su créer un univers musical et textuel en adéquation avec eux-mêmes et leur époque, où se ressentent un large éventail d’influences.
Baron.e génère une électro-pop ou indie pop francophone de laquelle émane une « mélancolie festive » ou encore une « fragilité violente » ; tant d’oxymores capturés dans le public lors de concerts des deux jeunes Fribourgeois.

CAVALE: 

1971, une chambre poussiéreuse du Chelsea Hôtel, derrière un écran de nicotine Patti Smith et Sam Shepard écrivent la sulfureuse pièce « Cowboy Mouth ». Au centre de cette histoire de motels et de guitares électrisantes, le personnage de CAVALE surgit, éblouit, comme l’évidence d’un coup de foudre. En 2019, Cavale renait en amazone des temps modernes et frappe à coup de pop puissante et assumée. CAVALE est chanteuse, auteure, compositrice et productrice. Elle a sorti son 1er EP le 30 Mars 2020. Ce dernier a été enregistré et réalisé à Londres.

C’est avec une énergie éclatante qu’elle nous invite à plonger dans ses titres sauvages, engagés, et dans ce que l’indie-pop a de plus et de savoureux.

« Cavale nous fait danser, nous émeut, nous emmène et se livre sur sa condition de femme dans notre monde actuel »

 

dimanche 29

Melba

Melba:

MELBA entre sur scène comme sur un ring : présence irradiante, magnétique. Si son langage a souvent été empreint de combats, elle sait aujourd’hui allier l’ombre à la lumière pour défendre ses chansons avec une énergie contagieuse. On en retient un amour ardent pour l’impact, l’urgence de briser des silences et d’ouvrir des débats. L’inclusivité comme cheval de bataille, MELBA cherche à rassembler sans détours.

Accompagnée sur scène par Nicolas Steib (machines) et Jason del Campo (guitare électrique), sa pop en français mêle avec modernité sonorités organiques et productions électroniques ; inspirée par des artistes telles que Camélia Jordana ou Rosalía.

Terre

Neuve

MARTIN

LUMINET

Dad is

playing

 machine

CAMELIA

JORDANA

CAMELIA JORDANA:

Surprise! Nous sommes très heureux•ses et fièr•e•s de vous annoncer que la grande

Camélia Jordana

sera des nôtres au festival le dimanche 29 août 2021 dans le cadre de sa tournée "facile x fragile".

MARTIN LUMINET:

On fait les présentations?
Sensation de la dernière édition (réinventée) des Francofolies de la Rochelle (notamment sous l'oeil de Mademoiselle K programmée le samedi 28 août), MARTIN LUMINET a mis longtemps à s’autoriser le droit d’être en colère. L’éducation, certainement. Attiré par le décloisonnement des arts, le lyonnais n’endossera finalement ni le rôle du héros séducteur ni celui de l’ami irréprochable auquel certains le destinaient. 
A l’évidence, il se joue chez MARTIN LUMINET quelque chose d’important, de viscéral et de vital. Il suffit d’écouter "Cœur", envoyé en éclaireur (annonciateur d’un premier EP) et balancé comme quatre vérités, pour recevoir un pur shoot d’adrénaline. Il y a là une confrontation belliqueuse et sans merci avec cet organe de trahison. Il y a là encore une électro cinématographique et cinglante, une tension, un télescopage entre le Benjamin Biolay d’"À l’origine" et la noirceur viciée d’Odezenne. Il y a là surtout une urgence à sauver sa peau.

Dad is playing machine:

Dad is playing machine est un duo lyonnais à l'esthétique indie rock, avec des influences shoegaze, dream pop, minimaliste, répétitive, ambient, fruit de la rencontre entre les compositions intimistes de Dad et les rythmiques mathématiques de Robin. Le tandem piano-batterie autour duquel s’enroulent voix aériennes et plages séquencées est influencé par Thom Yorke, Air, Nick Cave, Zëro, Sigur Rós, Yann Tiersen… Il est question de l’être et de son rapport au temps, à l’altérité et à la nature.

TERRE NEUVE:

Sur l’autoroute entre la Bretagne et le Sud-Ouest, un panneau indique Terre-Neuve. Il signale un château Renaissance du XVIe siècle que Ludovic Bousquet n’a jamais eu l’intention de visiter (d’après les photos il a tort). Mais à chaque fois qu’il traçait la route entre la capitale bretonne et celle de l’Aquitaine, ce nom aux couleurs de nouveaux horizons s’imposait un peu plus pour son projet solo.
Raconter. L’océan, le temps, l’amour et la nostalgie de l’amour, la fin de l’été, la solitude ou la sensualité avec vue sur mer. Les premières chansons de Terre-Neuve ont été écrites en hiver dans le petit village landais d’Azur.
Des émulations de synthés qui enveloppent l’oreille  (avec une prédilection pour les antiques et légendaires Juno 60, Jupiter 8..) avec ampleur, quelques basses. Une admiration revendiquée mais jamais envahissante pour Air et Sylvain Tellier, un rien d’autotune sur deux titres, un épisode rappé. Et toujours cette voix pas trop loin du micro, qui cherche l’intimité même quand le rythme se fait plus insistant. 

soyez les premiers

Des questions ? 06 62 10 71 28 -hopesoundfestival@gmail.com